FRANCOIS RABELAIS(1494-1553)
Alias Alcofribas Nasier

La vie très horrifique du GRAND GARGANTUA père de Pantagruel.
Chapitre XLV: " Comment le moine amena les pélerins et les bonnes paroles que leur dit Grandgousier"



«D'où êtes-vous, vous autres pauvres hères?
- De Saint-Genou, dirent-ils.
- Et comment (dit le moine) se porte l'abbé Tranchelion, le bon buveur? Et les moines, quelle chère font-ils? Le cor Dieu! ils biscottent vos femmes, cependant qu'êtes en pèlerinage!
- Hin hen! (dit Lasdaller) je n'ai pas peur de la mienne, car qui la verra de jour ne se rompra jamais le col pour l'aller visiter la nuit.
- C'est (dit le moine) bien rentré de piques! Elle pourrait être aussi laide que Proserpine * , elle aura, par Dieu, la saccade puisqu'il y a moines autour, car un bon ouvrier met indifféremment toutes pièces en œuvre. Que j'aie la vérole en cas que ne les trouviez engrossées à votre retour, car seulement l'ombre du clocher d'une abbaye est féconde.
- C'est (dit Gargantua) comme l'eau du Nil en Egypte, si vous croyez Strabon * ; et Pline * , Lib. VII, chap. III, avise de ce qu'il en est de la miche, des habits et des corps. »
Lors dit Grandgousier:
«Allez-vous-en, pauvres gens, au nom de Dieu le créateur, lequel vous soit en guide perpétuel, et dorénavant ne soyez faciles à ces vains et inutiles voyages . Entretenez vos familles, travaillez, chacun en votre vocation, instruisez vos enfants, et vivez comme vous enseigne le bon apôtre saint Paul. Ce faisant, vous aurez la garde de Dieu, des anges et des saints avec vous, et n'y aura peste ni mal qui vous porte nuisance. »
Puis les mena Gargantua prendre leur réfection en la salle; mais les pèlerins ne faisaient que soupirer, et dirent à Gargantua:
« O qu'heureux est le pays qui a pour seigneur un tel homme! Nous sommes plus édifiés et instruits en ces propos qu'il nous a tenus qu'en tous les sermons qui jamais furent prêchés en notre ville.
- C'est (dit Gargantua) ce que dit Platon * , Lib. V de Rep.: que lors les républiques seraient heureuses quand les rois philosopheraient ou les philosophes régneraient. »

Rabelais critique ouvertement le fanatisme religieux.
Il utilise habillement la paillardise pour passer son message.
C'est tout l'art de la "substantifique moelle".

Quel religieux oserait aujourd'hui contester les pèlerinages à Lourdes?
Malgré les siècles qui passent l'obscurantisme est toujours là.
Chapeau Monsieur Rabelais!