PIERRE LAROUSSE

Grand dictionnaire universel du XIX e siècle
Extrait de la définition de "Lourdes"


Un bruit populaire, que nous ne rapportons que sous toute réserve, attribue au miracle de Lourdes une origine qui n'a rien de surnaturel, ni même d'édifiant : il s'agirait d'une dame dont la chronique cite même le nom, et qui se serait trouvée en rendez-vous galant, au fond de la grotte, avec un officier de cavalerie, lorsqu'elle vit approcher la jeune Bernadette. Par une inspiration subite, elle aurait quitté pour un instant son compagnon, serait accourue vers la petite fille pour l'empêcher d'entrer et aurait joué auprès d'elle le rôle improvisé de l'Immaculée Conception.


Quitte à choquer beaucoup de catholiques, cette hypothèse semble plus réaliste que les prétendues apparitions.

Précision:

Bernadette désigne l'apparition par "Aquero" (quelquechose) et non "La dame". Ce n'est qu'à la seizième "apparition", le jeudi 25 mars, que "Aquero" dit : « Je suis l'Immaculée Conception » et non à la première comme semble le suggérer Pierre Larousse.
Ça ne détruit pas l'hypothèse du rendez-vous galant. C'est un élément qui permet de penser que Bernadette était sous influence lorsqu'elle donne le nom de "Immaculée Conception ". En effet de la première à la seizième "apparition", Bernadette a rencontré des membres du clergé, qui ont pu l'influencer. Cette vision est curieusement la dernière où la vierge s'exprime.

En complement deux extraits du livre : " Les Apparitions de Lourdes" de JB Estrade ( "Souvenir intime d'un témoin" ).
Chapitre VI :"Première apparition". Description de l'apparition par Bernadette rapportée par l'auteur.
« Elle a l'air d'une jeune fille de seize ou dix-sept ans . Elle est vêtue d'une robe blanche, serrée à la ceinture par un ruban bleu glissant le long de la robe. Elle porte sur sa tête un voile également blanc, laissant à peine apercevoir ses cheveux et retombant ensuite en arrière jusqu'au-dessous de la taille. Ses pieds sont nus, mais couverts par les derniers plis de la robe, si ce n'est à la pointe, où brille sur chacun d'eux une rose jaune. Elle tient à son bras droit un chapelet à grains blancs, avec une chaîne d'or luisante comme les deux roses des pieds.»
Chapitre XX : "Onzième apparition"
L'apparition de la Salette n'était-elle pas de date récente? Et si la Mère de Dieu avait daigné se montrer sur les Alpes, était-il impossible qu'elle se montrât aussi dans les Pyrénées?


Voir aussi: Une interprétation laïque des apparitions de Lourdes