PIERRE LAROUSSE

Grand dictionnaire universel du XIX e siècle
Extrait de la «SALETTE-FALAVAUX (LA) »
«Salette (MIRACLE DE LA) »


Une dame Chevallier déposa qu'elle avait vu chez Mlle de La Merlière la fameuse robe jaune, avec les instruments de la passion brodés en noir et le chapeau pointu. Bien plus, un M. Vial, ancien greffier du tribunal de Saint-Marcellin , vint dire que Mlle de La Merlière lui avait avoué que c'était elle qui s'était montrée aux bergers de La Salette, dans le costume de la vierge Marie. Enfin, le clergé lui-même était au fait de toutes ces intrigues, et dans un dîner qui réunissait, au moment de l'enquête, tous les chanoines de la cathédrale de Grenoble, une violente querelle s'était élevée entre ceux qui déclaraient cette supercherie très profitable à la religion et d'autres qui voulaient la faire rejeter comme, absurde.

Voir la définition complète


Cette apparition est plus que douteuse.
C'est étrange qu'ils y aient encore des pèlerins.
Allez y, non pour l'apparition, mais pour le site qui est remarquable.

Anecdote

J'ai connu dans mon village natal un homme, qui exerçait la profession de maquignon. Il prétendait avoir vu la "Vierge" sur un rocher proche de son habitation. Il disait être tombé à genoux devant cette apparition. Tout le village, bien que majoritairement catholique pratiquant, connaissait son culte de la dive bouteille et ne le prenaient pas au sérieux . Il mit une statuette à la place supposée de son "apparition". Ce lieu devint rapidement un lieu de pèlerinage. Notre maquignon en profitait pour vendre des bondieuseries.
Epilogue de cette histoire.
Notre maquignon se retrouva en prison pour escroquerie. Il avait poursuivi sa quête mystique en escroquant de braves gens avec des arguments religieux.