Henri Laborit

Éloge de la fuite.

La mort


Si nous ne sommes pas libres de choisir notre vie, nous ne sommes pas plus libres de choisir notre mort. L'Hymne à la mort du suicidaire n'est lui-même que le dernier hymne à la vie d'un homme dont la voix a été étouffée par le sourd grondement du monde tournant sur lui-même.
En dehors du Christ et de Socrate, je ne connais pas d'individus morts pour l'espèce, et même ceux-là ne l'ont pas fait de gaieté de coeur.

Voilà qui une opinion qui module la pensée de Nietzsche.
«La pensée du suicide est une consolation puissante, elle aide à passer plus d'une mauvaise nuit. » CARSCS **