Jonathan SWIFT(1667-1745)

Ecrivain irlandais, il utilise le roman pour critiquer les institutions.
C'est aussi un maître de l'humour noir.

"L'art du mensonge politique"



Par mensonge merveilleux, j'entends tout ce qui passe les degrés ordinaires de vraisemblance. Par rapport au peuple, le merveilleux se divise en deux espèces : celui qui sert à épouvanter et à imprimer la terreur, et celui qui anime et encourage, qui sont, l'un et l'autre, extrêmement utiles lorsqu'on sait les employer dans les occasions où ils conviennent. Quant au mensonge dont on se sert pour jeter l'épouvante et imprimer la terreur : une de ses règles est qu' il ne faut pas montrer trop souvent au peuple des objets terribles, de peur qu'ils ne lui deviennent familiers et qu'il ne s'y accoutume.


Rien de nouveau depuis Swift. Sauf qu'il ne viendrait à personne l'idée de dire que "parfois"(1) nos hommes politiques mentent.
Nous sommes dans un monde trop policé ou "l'intellectuel * " sait qu'il n'est pas bon de déplaire. Sinon il se trouvera privé de passage à la télévision.
Il est vrai que l'on n'embastille plus les gêneurs. La privation de télé c'est pire.

Note:
(1) J'ai ajouté ce "parfois" parce que je ne désespère pas de passer à la télé.

Fermer