Chapitre 9

La flèche du temps


Lorsqu'on essaya d'unifier la gravitation et la mécanique quantique, on dut introduire la notion du temps « imaginaire ». Le temps imaginaire se confond avec les directions dans l'espace. Si l'on va vers le nord, on peut faire demi-tour et rejoindre le sud; de la même façon, si l'on avance dans le temps imaginaire, on doit être capable de faire demi-tour et de revenir. Cela signifie qu'il ne peut y avoir de différence importante entre aller de l'avant et revenir dans le temps imaginaire. D'un autre côté, quand on regarde le temps « réel », il y a une très grande différence entre les directions vers l'avant et vers l'arrière, comme nous le savons tous. D'où vient cette différence entre le passé et le futur? Pourquoi nous souvenons nous du passé et non pas du futur?

En mécanique newtonienne le temps n'est qu'un paramètre comme les autres. Tout est prévisible ou explicable. Le passé, le présent le futur n'existent pas. Tout peut-être mis en tableau ou graphs. Mais c'est encore bien utile pour calculer les trajectoires de fusées, concevoir des ponts, des avions, des automobiles etc...
Avec Einstein, Schrödinger, Hawking ... tout ce complique le futur est multiple et aléatoire, le passé est une hypothèse (big-bang).
Les mages, astrologues, voyants et autres farfelus et escrocs prétendent voir l'avenir et considèrent le temps est comme un livre. Ils ont dû ne pas lire les bonnes pages pour ne pas prévoir ce qui se passe dans les pays arabes et les catastrophes naturelles, technologiques et humaines au Japon.
Quant à notre temps humain, je pense qu'on n'est pas plus sûr du passé que du futur. Les historiens remettent régulièrement à jour notre passé.
_Charlemagne n'avait pas de barbe fleurie.
_Jeanne d'Arc n'était pas une pauvre bergère.
_L'homme de Neandertal, n'était pas la brute qu'on nous avait décrite.


(Commentaire d'avril 2011)