J.P Sartre

Esquisse d'une théorie des émotions.
III. Esquisse d'une théorie phénoménologique.



A présent nous pouvons concevoir ce qu'est une émotion. C'est une transformation du monde. Lorsque les chemins tracés deviennent trop difficiles ou lorsque nous ne voyons pas de chemin, nous ne pouvons plus demeurer dans un monde si urgent et si difficile. Toutes les voies sont barrées, il faut pourtant agir. Alors nous essayons de changer le monde, c'est-à-dire de le vivre comme si les rapports des choses à leurs potentialités n'étaient pas réglés par des processus déterministes mais par la magie.

Loin de moi, modeste penseur amateur, l'idée de contrer notre grand philosophe existentialiste * .
Je pense qu'il parle, ici, plus du stress que de l'émotion.
Une émotion, c'est un enrichissement, ça peut être l'origine ou le résultat d'une création artistique.
C'est ce qui fait qu'un homme est humain et non une machine.
La magie de l'émotion c'est l'enrichissement de l'être humain directement sans qu'il ait besoin de comprendre, d'analyser ou de réfléchir.
Il est également possible que je n'aie rien compris à Sartre. Je ne suis pas assez intellectuel et ou trop émotif.