Mikhaïl Alexandrovitch
  alias
 BAKOUNINE

 Dieu et l'État.
 L'idée déiste et la constitution des religions.



Toutes les religions sont cruelles, toutes sont fondées sur le sang, car toutes reposent principalement sur l'idée du sacrifice, c'est-à-dire sur l'immolation perpétuelle de l'humanité à l'inextinguible vengeance de la Divinité. Dans ce sanglant mystère, l'homme est toujours la victime, et le prêtre, homme aussi mais homme privilégié par la grâce, est le divin bourreau. Cela nous explique pourquoi les prêtres de toutes les religions, les meilleurs, les plus humains, les plus doux, ont presque toujours dans le fond de leur cœur et, sinon dans le cœur, dans leur imagination, dans l'esprit quelque chose de cruel et de sanguinaire.


Ce n'est pas très religieusement correcte.
Bakounine ne fait pas dans la dentelle.
Ces idées simples ne sont toujours pas admises
L'homme a besoin de chimères pour accepter cette énigme : la vie, sa propre vie.
Quiconque donne une explication, qu'il soit gourou, prêtre ou prophète est le bienvenu.
Nous sommes prêt au sacrifice pour calmer notre profonde angoisse.
Nous le réclamons même comme si nous devions payer notre droit d'exister.
L'Église a bien concrétisé et profité de cette phobie en créant le péché originel.