Denis Diderot

Addition aux pensées philosophiques.
       Ou
Objections diverses contre les écrits de différents théologiens
       XVI



Une jeune fille vivait fort retirée : un jour elle reçut la visite d'un jeune homme qui portait un oiseau ; elle devint grosse : et l'on demande qui est-ce qui a fait l'enfant ? Belle question ! C'est l'oiseau.

Diderot doit faire allusion à ce passage:

Evangile selon LUC ( Chapitre I; versets 26 à 38)
26 Six mois plus tard, Dieu envoya l'ange Gabriel dans une ville de Galilée appelée Nazareth,
27chez une jeune fille liée par fiançailles à un homme nommé Joseph, un descendant du roi David. Cette jeune fille s'appelait Marie. 28 L'ange entra chez elle et lui dit :
Réjouis-toi, toi à qui Dieu a accordé sa faveur : le Seigneur est avec toi.
29 Marie fut profondément troublée par ces paroles ; elle se demandait ce que signifiait cette salutation.
30 L'ange lui dit alors :
N'aie pas peur, Marie, car Dieu t'a accordé sa faveur.
31 Voici : bientôt tu seras enceinte et tu mettras au monde un fils ; tu le nommeras Jésus.
32 Il sera grand. Il sera appelé « Fils du Très-Haut », et le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David, son ancêtre.
33 Il régnera éternellement sur le peuple issu de Jacob, et son règne n'aura pas de fin.
34 Marie dit à l'ange :
Comment cela se fera-t-il, puisque je suis vierge ?
35 L'ange lui répondit :
—L'Esprit Saint descendra sur toi, et la puissance du Dieu très-haut te couvrira de son ombre. C'est pourquoi le saint enfant qui naîtra de toi sera appelé Fils de Dieu.
36 Vois : ta parente Elisabeth attend elle aussi un fils, malgré son grand âge ; on disait qu'elle ne pouvait pas avoir d'enfant, et elle en est à son sixième mois.
37 Car rien n'est impossible à Dieu.
38 Alors Marie répondit :
Je suis la servante du Seigneur. Que tout ce que tu m'as dit s'accomplisse pour moi. Et l'ange la quitta.

Commentaires:
Il faut remarquer son sens de la concision. Il résume en quelques mots un texte long.
Il a aussi le sens de l'allégorie et décrit en peu de mots un ange et le Saint-Esprit.
Il explique rationnellement ce qui pour tous les chrétiens est un mystère.
C'est là qu'on découvre le mysticisme profond de Diderot.
Pour cette remarquable interprétation, il mériterait d'être canonisé comme docteur de l'Eglise.
--------   -------

Le culte de Marie est encore très vivace chez les catholiques. C'est simplement une survivance ou une adaptation du culte de la déesse mère ou simplement une sublimation de la femme mère. Il n'a pas besoin de ces contes de mère vierge et d'Esprit Saint pour perdurer.